Déclin du capitalisme. Discussion.

Un résumé sur deux niveaux, avec référence au passé et au présent, et une troisième section : Développement de nos positions. Les caractéristiques probables du déclin du capitalisme.    

Ce texte est accompagné d’un autre texte contenant d’abondantes explications, données et théories critiques sur le sujet, avec des liens vers des livres et autres textes dans lesquels nous avons exploré la question en profondeur.

Dans ce deuxième texte, les approches qui apparaissent ici de manière très synthétique ou simplement par allusion, sont présentées dans des explications plus précises.

A) Une brève approche historique.

1. Le matérialisme historique postule deux grandes périodes dans l’existence du capitalisme, comme dans touLa décadence constitue une période au cours de laquelle un mode de production et les relations sociales correspondantes, sa base structurelle, diminuent la capacité et la force caractéristiques de la période ascendante de son parcours historique. Ainsi, la contradiction entre les forces productives et les rapports de production s’intensifie et se déploie historiquement de telle manière que le capitalisme a de plus en plus de mal à atteindre les niveaux d’accumulation et de cohésion sociale entre les classes caractéristiques de sa période historiquement ascendante ; engendrant nécessairement de grands processus catastrophiques de dévaluation d’une ampleur supérieure à la période ascensionnelle, ainsi qu’une prodigalité de conséquences du capitalisme qui aggravent ses difficultés à l’échelle internationale et génèrent d’énormes tensions contradictoires dans le système, et donc favorisent le développement mondial des luttes de classe et tendent les forces prolétariennes devant l’alternative de céder ou non.

Par conséquent, cette manifestation de tensions accumulées favorise la révolution sociale, mais pas exclusivement, car il est également clair que cette révolution peut survenir avant la décadence si les conditions nécessaires sont réunies. Qui, jusqu’à présent, n’a prévalu que de manière limitée et ponctuelle, et comme nous le savons, sans sortie victorieuse mondialisée.

Différentes conclusions sont tirées de la décadence : des diplômés réformistes aux ultra-gauchistes volontaristes, en passant par ceux qui… Nous avons en effet besoin, en cohérence avec une conception matérialiste historique et dialectique rigoureuse, que nous exposons de manière argumentée et critique.te civilisation : l’ascension et la décadence.

2. La détermination de ses caractéristiques, et surtout l’évaluation de la place du capitalisme dans son parcours historique, ont été deux aspects nettement présents dans le milieu communiste internationaliste.

3. La grande crise qui a débuté en 1873 a fait espérer à Engels que la crise de surproduction deviendrait chronique et accélérerait ainsi le cheminement vers la décadence du capitalisme, même si des périodes de croissance limitée pouvaient se manifester. La conception se dessinait que le capitalisme, rongé par ses propres contradictions, entravait systématiquement la croissance des forces productives et induisait ses propres manifestations d’incapacité et de désintégration. Cette position, encore accentuée, se retrouva dans le “Programme socialiste d’Erfurt” et fut ensuite comprise comme essentielle au centre et à la gauche de la Deuxième Internationale. Autour d’elle, il y avait des débats sur l’impérialisme, les monopoles et les cartels, les crises, le développement du commerce extérieur, les limites du capitalisme, etc. La décadence était considérée comme la phase terminale d’un organisme économique épuisé qui se désagrégeait et, par conséquent, de plus en plus incapable de développer les forces productives.

4. Kautsky considère qu’après cette crise, le capitalisme a généré une nouvelle prospérité, puis est entré à nouveau en crise, ne précipitant pas la décadence, mais inaugurant la Première Guerre mondiale en 1914. Il n’a pas agi pour modifier l’idée d’un effondrement décadent et a ensuite émis des critiques centristes. De cette position, l’USPD a tiré des conclusions réformistes, le prolétariat devait soutenir une politique active par des réformes afin d’accélérer le passage au socialisme.

En 1892, Kautsky a déclaré dans “Le programme socialiste” :

“La société capitaliste est épuisée. Sa dissolution n’est qu’une question de temps. L’évolution économique irrésistible conduit nécessairement à l’effondrement du mode de production capitaliste. La constitution d’une nouvelle société, destinée à remplacer ce qui existe, n’est plus seulement souhaitable, elle est devenue inévitable”.

(Kautsky, K. “Le programme socialiste”. Appartement. 6, Ch. IV, Constitution de la future société)

5. La gauche socialiste, puis communiste, a occupé des positions décadentes à partir de cette guerre, avec trois interprétations différenciées de l’impérialisme et de l’effondrement du capitalisme. Rosa Luxemburg, Lénine et Pannekoek les ont théorisées dans des textes remarquables, dont l’étude critique est nécessaire. D’autres théories ont également influencé des sections radicales du mouvement prolétarien, comme la “théorie de l’effondrement” de Henryk Grossmann, qui a donné lieu à des remises en question et à des adhésions qui devraient également être étudiées dans une telle approche évaluative et critique. Aujourd’hui, nous disposons d’un grand nombre de preuves factuelles et nous sommes en mesure d’effectuer de meilleurs tests. Dans notre cas, ces recherches fournissent la base d’un traitement large et critique de cette question, sur la base des considérations suivantes : Il n’y a aucune preuve historique que le capitalisme a connu un déclin.

6. L’Internationale communiste et ses deux gauches les plus connues, l’italienne et l’allemand-néerlandaise, ont adopté des approches décadentes. Dès lors, la question de savoir si le système capitaliste est ou non en décadence est importante dans le milieu communiste internationaliste.

7. Au cours du XXe siècle et jusqu’à présent au XXIe siècle, il y a eu d’autres théories sur la question de la décadence, avec des approches collapsistes et décadentistes existant également dans les milieux de la gauche petit-bourgeoise.

8. Dans le milieu communiste internationaliste, il y a différentes positions : ceux qui maintiennent la même chose que l’IC, ceux qui ont abandonné cela et n’affirment rien sur une possible décadence future, ceux qui fixent d’autres dates pour l’entrée en décadence, et ceux qui remettent en question le fait que le capitalisme est en décadence, parce que nous considérons que cela est fallacieux et non confirmé après une analyse détaillée du système capitaliste international.

9. En ce qui concerne ce débat en cours, il existe une conception selon laquelle la décadence capitaliste n’est pas un cadre à soutenir, car elle est inutile (FC) ; une autre qui situe le début de cette décadence au début du XXe siècle et remet en cause les analyses qui la situent en 1914 (C.Mcl), et une troisième qui conçoit la décadence comme une période future vers laquelle le capitalisme doit nécessairement se diriger.

Cette dernière est notre position, qui considère que le capitalisme approche le zénith de sa période d’ascension, et dans laquelle nous avons approfondi la caractérisation des conditions et des caractéristiques d’une telle période de décadence, ainsi que les implications pour la lutte des classes et la révolution prolétarienne internationale.

B) Le débat actuel. Les termes dans lesquels il se pose et se développe.

1. Il est nécessaire de clarifier si le cycle de crise-guerre-reconstruction est valable.

Un tel cycle n’est pas valable, il ne s’accorde pas avec les faits du développement international du capital. De toute évidence, les deux guerres mondiales, les nombreuses guerres régionales ou plus localisées, et le niveau extraordinaire de militarisme généré par le capitalisme, montrent qu’un tel développement capitaliste ne peut pas nécessairement être harmonieux et exempt de concurrence intense, d’affrontements abondants et de prolifération des guerres.

Au contraire, l’énorme développement du capitalisme lui-même jusqu’à présent montre que la guerre doit être d’une puissance catastrophique énorme lorsqu’elle acquiert une dimension mondiale et une diffusion puissante du bellicisme terroriste dans les luttes des États et des coalitions capitalistes. Cependant, la guerre n’est pas un signe de décadence, elle a été présente dans tout le capitalisme, elle augmente en puissance avec le développement de la technologie militariste et il est nécessaire de comprendre aujourd’hui quelles sont les tendances présentes, leur potentiel et leur dynamisme, et surtout pourquoi une troisième guerre mondiale n’a pas éclaté alors que le capital a généré des crises économiques générales notoires. Pour notre part, les explications nécessaires sont données. Voir :

“Conditions pour une troisième guerre mondiale. Origines de nombreuses confusions”.    

https://inter-rev.foroactivo.com/t9052-condiciones-para-una-tercera-guerra-mundial-origenes-de-muchas-confusiones?highlight=guerra

2. Les approches précises doivent se demander si le capital aurait décliné après   maremágnum capitaliste, et critiquer également à tort ceux qui ont spéculé que le capital n’aurait pas d’armée de réserve lors de la réalisation d’un tel processus. Il existe une telle armée de réserve, elle est importante et de portée internationale ; et l’incorporation de ces zones a eu lieu dans une période d’ascension du capital, apportant un nouveau souffle dans un formidable processus de prolétarisation et de capitalisation.

Nous considérons également comme fallacieuses les théories décadentistes axées sur la dégradation écologique, l’épuisement des combustibles fossiles ou l’automatisation économique. Les tendances actuelles et d’autres réalités ne nous permettent pas de prétendre que le capitalisme est en train ou sur le point de couler. Nous savons que les réformes capitalistes sont également des moteurs de catastrophe, d’exploitation et de domination bourgeoise sur la classe prolétarienne, mais le capitalisme a encore la capacité de se réformer tout en conservant son noyau central.

3. Une théorie de la décadence est nécessaire. Les erreurs du passé et les insuffisances et faiblesses marxistes ne permettent pas d’éviter une telle théorie nécessaire. Il faut aussi insister sur l’existence nécessaire des crises périodiques du capitalisme, préciser l’explication scientifique communiste et procéder à une théorisation rigoureuse du processus d’accumulation et de crise dans la décadence à venir.

4. L’idée que la décadence n’existe pas encore, mais qu’elle est vouée à venir sous certaines conditions, conduit à la nécessité de préciser les implications stratégiques et tactiques.

La révolution se fait sur la base de contradictions dynamiques dans le processus de la lutte des classes. Il ne faut donc pas exclure que ces contradictions puissent se réunir avant l’entrée en décadence, bien qu’il soit clair à l’heure actuelle qu’elles ne se sont pas encore réunies et que nous en sommes loin.

Aujourd’hui, les conditions du capitalisme ne sont pas favorables aux révolutions “à l’ancienne”. Comme le soutenaient Marx et Engels, le prolétariat doit passer par l’école douloureuse des erreurs, du doute, de la peur paralysante, de la rechute dans les vieilles illusions et les nouvelles expériences de lutte, afin de se transformer et d’atteindre un développement de sa conscience et de sa capacité d’organisation qui lui permettra d’affronter le capital.

Cela nous amène à considérer que les meilleures conditions pour qu’une révolution prolétarienne émerge et se déploie sur le plan international sont celles d’un approfondissement de la décadence, générant des tensions importantes à répétition crue, de manière à configurer une situation mondiale dans laquelle le prolétariat doit réaliser avec une forte massivité, une intelligence pratique et une lucidité théorique son mouvement révolutionnaire ; ou bien le danger de catastrophe pour les deux grandes classes en conflit est évident, dans un environnement dégradé par l’accumulation de nombreuses conséquences du capitalisme, des luttes et des crises sociales, des guerres et des dégradations environnementales marquées et complexes.

Nous savons que le processus futur ne peut pas être spécifié à l’avance dans tous ses détails et caractéristiques, qu’il peut y avoir des surprises et que des énergies et des capacités peuvent être éveillées dans certains     segments de la classe prolétarienne dans des endroits particuliers. Cela ne peut être exclu, mais ce n’est certainement pas la meilleure condition pour une victoire internationale et nous devons donc être cohérents : pousser la lutte aussi loin que possible mais ne pas inviter ou applaudir des confrontations mal préparées et dispersées. En bref, ne pas compromettre le suicide de ces secteurs si une telle situation devait se produire.

5. Face à un hypothétique processus révolutionnaire antérieur à cette période décadente, les communistes internationalistes doivent en évaluer de façon critique les conditions s’ils entendent provoquer la plus grande confrontation possible avec le capitalisme, et non une action composée de mouvements     immatures et dispersés, dont on sait qu’ils sont facilement vaincus de front ou canalisés vers leur perte d’énergie et leur épuisement, avec les conséquences négatives que cela entraîne généralement pour le prolétariat, retranché pour de nombreuses années.

Il ne s’agit pas d’accumuler les réformes et d’attendre, ni de provoquer une accélération du développement capitaliste, tant économique que politique ; ni bien sûr de participer à une guerre mondiale en faveur d’un camp bourgeois soi-disant “moins mauvais” ou “favorable” pour l’avenir. Il s’agit de promouvoir une lucidité extrême face à la puissance et aux capacités du capital. Il s’agit d’éviter les erreurs que nous connaissons du passé. Des erreurs qui ont été très coûteuses dans divers domaines.

6. En résumé, les expériences de la vague révolutionnaire de 1917-23 rendent recommandable la prudence et l’évitement de se lancer dans des processus révolutionnaires qui ne trouvent pas les conditions adéquates et qui, une fois vaincus par la contre-révolution, engendrent un affaiblissement marqué du milieu prolétarien ; et la dispersion, la confusion et les opportunismes divers du milieu communiste. Un ennemi tel que les forces du capital   classe prolétarienne qui forme sa force avec beaucoup plus de massivité et de lucidité que dans ces années-là.

7. L’expérience de l’URSS exige également de garder à l’esprit que le volontarisme substitutionniste (synthétisé dans “la dictature du prolétariat est la dictature du parti communiste”) est l’expression d’une mauvaise approche déformée des relations entre le parti communiste et les conseils d’entreprise, facilite le passage de l’avant-garde communiste à des positions de gestion du capitalisme, dégradant la théorie et la praxis communistes, et obligeant ainsi ceux qui rejettent ce substitutionnisme à affronter de telles forces, autrefois communistes révolutionnaires, et dans de telles conditions, comme ce fut le cas du parti bolchevique russe, vecteurs de la diffusion capitaliste.

Il faut donc savoir battre en retraite lorsque les conditions ne permettent pas la réalisation du programme communiste, de ses mesures et de ses orientations. C’est pourquoi l’appel du KAPDist au RCP(b) pour sortir du gouvernement et du contrôle de l’Etat était juste, ce à quoi, comme nous le savons, le bolchevisme n’a pas répondu, marquant ainsi son passage fatal aux forces anti-prolétariennes, pro-capitalistes et impérialistes.

8. Il n’est pas vrai que le socialisme se forme dans le capitalisme comme un système défini qui contraste et concurrence le capitalisme et le gangrène peu à peu jusqu’à ce qu’il s’impose.  Ce n’est pas le même processus qui s’est produit dans le féodalisme avec l’ascension historique et économique des relations capitalistes.  

Le capitalisme génère en effet une certaine base matérielle dont le socialisme a besoin, qui favorise l’abondance et non une société de pénurie.

Nous n’acceptons pas le schéma léniniste, qui provient d’une base d’héritage social-démocrate fallacieuse et déformée. Il est mystifiant d’affirmer, comme le léninisme et l’idéologie kautskyste, qu’il est possible de contrôler et de diriger le capitalisme d’État, “prélude au socialisme”. 

C) Développement de nos positions.

Les caractéristiques probables du déclin du capitalisme.

Nous reproduisons une partie d’un livre publié par nos soins :

“Nous soutenons que le capitalisme, dans le développement de sa période de maturité, montre actuellement des tendances et des expressions contradictoires qui indiquent qu’il approche de son apogée, mais ne l’a pas encore atteint. Nous ne pouvons évidemment pas dire combien de temps ce processus prendra. Les capacités de développement des éléments caractéristiques et clés de la force capitaliste ralentissent parfois, ses conséquences inhérentes s’accumulent, générant d’énormes problèmes et souffrances, les tensions sont nombreuses, la dette continue à gonfler, etc. ; mais ces tendances ne l’ont pas encore placée au début de sa décadence historique et sociale, vers sa suppression irréversible ; car il existe des forces et des conditions qui, à travers de nouvelles crises et des catastrophes dévalorisantes, permettront aux potentialités qu’elle possède, et qui ne sont pas épuisées, d’émerger. Nous le verrons probablement dans quelques années, étant donné que les prodromes d’une crise économique sont déjà en cours de réalisation. Il existe également des possibilités d’émergence de nouveaux pôles émergents et de développement contradictoire des pôles existants, qui compensent les insuffisances des pôles plus anciens. Cela est important et significatif.

Pour le capitalisme, les difficultés de son processus de reproduction prolongée ne marquent pas encore une tendance à la régression historique et économique, mais à la maturation avancée avec des difficultés croissantes, manifestement vers son apogée et le début de sa période décadente. Les rapports capitalistes ne sont pas encore devenus un obstacle insurmontable au développement des forces productives, du travail salarié et du capital. Les chiffres et les tendances essentielles que nous exposons sont là, éloquents. Nous en présentons ci-dessous quelques unes, significatives.

Dans la période décadente, la relation entre son “avoir” et son “devoir”, entre son dynamisme de croissance en tant que système développant les forces productives au milieu de périodes et d’expressions de dévaluations, et l’augmentation historiquement cumulée de la lassitude générale de ce dynamisme et son incapacité à le faire comme auparavant, est définitivement et irréversiblement altérée.

Ainsi, ces périodes de dévaluation quantitative et qualitative vont s’accentuer, non seulement en générant des tensions et des contradictions brutales, tendant à concentrer de plus en plus les deux pôles essentiels de la société et leurs affrontements, et à centraliser le pouvoir de commandement du capital ; mais aussi en remplaçant ses capacités générales de croissance et en faisant apparaître, du point de vue de la génération de ses éléments clés, des éléments plus négatifs que positifs, plus de dégradation économique et sociale que de création de plus-value et de consensus social.

Comme Marx l’avait prévu dans le Grundrisse :

“Dans de fortes contradictions, des crises, des convulsions, s’exprime l’inadéquation croissante du développement productif de la société à ses rapports de production jusqu’alors dominants”.

… “La décadence n’est pas l’apparition et l’accumulation d’effets catastrophiques majeurs, que la civilisation capitaliste a générés depuis sa création.    
C’est l’incapacité à maintenir le rythme de la croissance internationale et un déclin marqué au fil du temps. C’est la sénescence, une phase de la vie où la mort est proche. Et pour cette mort, la révolution prolétarienne est nécessaire”.       

… “il convient aujourd’hui de montrer comment de telles tensions et preuves de limitation ne sont pas simplement caractéristiques d’une période intermédiaire de maturation, mais nous rapprochent historiquement de son apogée et du début de sa période de déclin. Les forces contradictoires et partiellement limitantes qui ont été observées aujourd’hui, surtout après la crise qui a débuté à la fin de 2007, sont pour nous des indications de cela, mais pas du début de la décadence, ni nécessairement un “avertissement historique” de son imminence. Dans le communisme marxiste, le capitalisme était souvent perçu comme étant au bord de la mort… et pourtant cette “vision” s’est avérée par la suite être une erreur, avec des implications politiques et d’action négatives.    

… “En ce qui concerne ces grands processus de dévalorisation dont nous parlons, nous répétons qu’il ne s’agit pas d’une crise permanente. Pour nous, comme pour Marx :

“Ces contradictions entraînent des explosions, des crises, où l’annulation momentanée de tout travail et la destruction d’une grande partie du capital le ramènent violemment au point où il est en mesure d’employer pleinement ses forces productives sans se suicider”.

(Marx, K. “Éléments fondamentaux pour la critique de l’économie politique. (Grundrisse) 1857-1859” (volume 2), Mexique, Siglo XXI, 2002, pp. 283-284).

Le développement de la décadence exprime et favorise une tendance à l’intensification et à l’augmentation périodique des crises, à la nécessité de “séismes” dévalorisants plus marqués et plus intenses qu’auparavant, à l’apparition de tensions et de forces plus destructrices et désintégratrices, à de plus grands efforts pour atteindre les niveaux antérieurs d’investissement, de production et de profit, et à de plus grandes conséquences néfastes du capitalisme contre la classe prolétarienne.

Ainsi, le rétrécissement de la base essentielle de la création de plus-value, le capital ou le travail variable à l’échelle sociale du prolétariat, génère des difficultés pour faire croître la classe ouvrière elle-même à son rythme habituel ; en même temps que s’accroît la nécessité de faire pression sur son exploitation et sa domination, ce qui exacerbe les déterminants matériels et objectifs de la lutte….détérioration de ses capacités welfaristes, réformistes et reconductrices…. tandis que les niveaux élevés et les formes de chômage et les formes de précarité et d’insécurité pénètrent de plus en plus profondément dans l’existence sociale et la prolétarisation du prolétariat. Tendant donc intensivement à créer les conditions pour le développement de la rébellion prolétarienne pour générer un moment où il n’y a pas de retour en arrière si l’on veut assurer la survie de larges composantes de la classe prolétarienne, ainsi que la grande revanche historique de la classe dominée et exploitée dans laquelle le mouvement du capital et les expériences de ses propres mouvements ont favorisé la détestation de ses relations, de ses institutions, de ses formes de socialisation, de ses idéologies, de ses subterfuges mystifiants… sa civilisation de classe”.          

 … “De cette façon, la quantité devient qualité et la qualité génère une nouvelle quantité d’expressions … etc. Engels parlait de développement en spirale, et il existe des spirales de différentes sortes, un développement non rectiligne, qui est “la transformation de la quantité en qualité”, “des impulsions internes de développement provoquées par des contradictions, par le choc de différentes forces et tendances, qui agissent sur un corps donné, ou dans les limites d’un phénomène donné ou dans une société donnée” (Engels, F. “Dialectique de la nature”). (Engels, F. “Dialectique de la nature”).

On en sait aujourd’hui beaucoup plus à ce sujet. Ainsi, il existe de nombreuses preuves historiques que, dans une phase supérieure, certaines caractéristiques et particularités des phases inférieures se répètent, insérées dans une réalité qualitativement différenciée qui est apparue en annulant et en surpassant de diverses manières la phase précédente… etc. Et on peut supposer la même chose si l’on aborde le problème de la décadence historique d’une société, de sa “phase descendante”, selon l’expression d’Engels dans l'”Anti-Dhüring”.

Dans la décadence, l’accumulation du capital, la reproduction élargie, n’est pas abolie, car sans elle, il n’y a pas de capitalisme. Ce qui est le plus caractéristique, c’est que sa force diminue en termes de développement historique, dans une large période de son histoire sénile. Mais cela n’implique pas que les convulsions qui recouvrent certains niveaux de capacité et de force soient absolument exclues. La décadence ne signifie donc pas un déclin constant par rapport au niveau économique atteint à l’apogée, ni le déclin progressif absolu des deux classes essentielles.

Ces conceptions simplistes se heurtent à la méthode et à l’approche de Marx… et aux preuves évolutives du système capitaliste lui-même. Il est particulièrement significatif que le taux d’accumulation ralentisse, diminue en intensité, mais peut toujours montrer des fluctuations, à la fois vers le haut et vers le bas. De tels mouvements doivent être compris dans le cadre d’un dynamisme plus large, considéré historiquement, de tendances qui montrent une incapacité croissante à atteindre leurs résultats et objectifs traditionnels. Un autre signe spécifique est la tendance à limiter la dynamique de valorisation, qui ne parvient pas à se réabsorber et à se relancer à un rythme plus élevé que par le passé, ce qui génère des conséquences qui exacerbent considérablement la lutte des classes. Une combinaison de crises larges et profondes, robustes et aiguës, qui se multiplient rapidement, et de périodes de développement économique de la production et du commerce, qui sont faibles et légères entre ces crises, limitées dans le temps et dans leur portée, dans une bataille complexe entre tendances et contre-tendances. Une dynamique que le système ne peut ni surmonter ni inverser, qui n’est pas un phénomène conjoncturel mais une combinaison de cycles qui deviennent permanents avec ces dynamiques récessives caractéristiques.

Comme nous pouvons le voir, ce n’est évidemment qu’après son déclin que nous pourrons affirmer catégoriquement que c’est le cas et quand cela s’est produit.

Nous pouvons maintenant enquêter et discuter de la situation actuelle, de l’entrée ou non dans la décadence ou de la proximité de celle-ci, de l’existence ou non d’éléments permettant de supposer que cette période est déjà révolue, etc. Aujourd’hui, nous pouvons déjà voir les symptômes de la dégradation du prolétariat mentionnée ci-dessus dans la précarité et d’autres formes de temporalisation et la génération de l’insécurité et de la dégradation des conditions existentielles de la classe prolétarienne. Il existe également quelques symptômes de la prolétarisation sociale, mais il reste encore un long chemin à parcourir à ce niveau, dont nous ne connaissons pas l’ampleur.

… “Les obstacles au développement des forces productives ne signifient pas la fermeture absolue du développement, mais un développement qui est contradictoirement limité et contraint, entravé, gêné dans son mouvement. Le système ne stagne donc pas, mais ne peut pas développer tout son potentiel. Marx ajoute qu’une période socio-historique de type révolutionnaire commence alors, la lutte des classes s’intensifie. Il n’y a pas d’effondrement “purement économique”, et encore moins “d’effondrement du capitalisme”. Marx soutient que la croyance en l’existence d’une limite absolue au capital par le biais du problème du taux de profit, comme l’a fait Ricardo, devait aborder la question “de manière purement économique, c’est-à-dire du point de vue bourgeois”. (Marx, K. “Le capital”. Livre III. http://webs.ucm.es/info/bas/es/marx-eng/capital3/MRXC3615.htm )    

Marx affirme que la loi de la tendance décroissante du taux de profit “à un certain moment s’oppose avec la plus grande hostilité au développement même de cette force productive, de sorte qu’elle doit être constamment surmontée au moyen de crises”. (“Capital. Livre III. Ch. XV. Développement des contradictions de la loi”). Tenir une telle position est différent de tenir que la baisse du taux de profit est, à long terme, irréversible et conduit à une ultime étape de stagnation. Dans “Theories of Surplus Value”, Marx explique que c’est une erreur de parler à la fois d’une baisse permanente du taux de profit et d’une crise permanente :

“Quand Adam Smith explique la baisse du taux de profit par une surabondance de capital, une accumulation de capital, il parle d’un effet permanent, et c’est une erreur. En revanche, la surabondance transitoire de capital, la surproduction et les crises sont quelque chose de différent. Les crises permanentes n’existent pas.

(Marx, K. “Théories de la plus-value”, Buenos Aires, Cartago 1975, t. 2, p. 426).

Marx affirme dans le “Grundrisse” que la contradiction du capital “se décharge dans les grandes bourrasques”, qui sont les crises modernes “qui le menacent de plus en plus en tant que base de la société et de la production elle-même”. Quelques pages plus loin, se référant aux limites immanentes de l’accumulation qui découlent de la nature du capital, il souligne qu’elles se manifestent “dans la surproduction” et la “dévaluation générale”, de sorte que “le capital est simultanément confronté à la tâche de recommencer sa tentative à partir d’un niveau de développement plus élevé des forces productives, etc. Il est donc clair que plus le développement du capital sera élevé, plus il se présentera comme un obstacle à la production… indépendamment de toutes les autres contradictions…”. Ceci est cohérent avec la position développée dans le “Capital” selon laquelle les crises génèrent des forces dynamiques qui permettent au taux de profit d’augmenter à nouveau, et qu’il ne peut donc pas y avoir de crises permanentes. Combien et pour combien de temps, et à quel coût, seraient les questions essentielles par rapport à ce à quoi nous avons affaire”.

… “il y a des indications que nous approchons de l’apogée du capitalisme. Il a donc besoin de niveaux de dévaluation énormes pour pouvoir se relancer, ce qui va générer des crises énormes et d’éventuelles guerres majeures, tant commerciales que militaires. Les obstacles qui s’y opposent trouvent d’énormes forces contre eux. Au niveau militaire, la parité dite dissuasive basée sur la puissance nucléaire stratégique entraîne non seulement la poursuite de la course aux divers armements et ressources stratégiques, mais aussi, de manière significative, la formation de nouvelles alliances impérialistes qui brisent ces parités. Nous suivrons de près l’évolution de la situation dans les années à venir. On ne peut pas en dire plus avec certitude”.         

(“Où en sommes-nous dans l’histoire du capitalisme. Vers la décadence du capitalisme, mais pas encore dedans.” https://edicionesinterrev.files.wordpress.com/2018/09/dc3b3nde-nos-encontramos.pdf )

Dans un autre texte, nous analysons comme suit:

“La Première Guerre mondiale, comme la Seconde et les nombreuses autres guerres plus limitées qui ont eu lieu et qui ont lieu encore, n’ont pas détruit la civilisation, en l’occurrence sa dernière expression historique, le capitalisme. Il est évident que cette civilisation est maintenue, et donc l’ensemble des conditions et des effets qui la soutiennent et qui s’entrecroisent dans sa reproduction.

La dichotomie révolutionnaire précise est “communisme ou civilisation”.

Cette civilisation, nécessairement capitaliste, génère de multiples conséquences terroristes, catastrophiques et dégradantes, qui n’ont pas annulé la capacité capitaliste à s’accumuler à l’échelle internationale, à se reproduire en élargissant son échelle d’investissement, d’affaires et de commandement.

La dévaluation et la destruction capitalistes ont été et font partie d’un processus unique d’expansion de la civilisation mercantile capitaliste, de ses relations, structures et idéologies, un processus dont les crises, qui ne sont pas permanentes, et les processus ultérieurs de développement capitaliste font partie.

Ce n’est que si, dans une future phase décadente du capitalisme, les conséquences catastrophiques se généralisaient à tous les niveaux et si le prolétariat était incapable de mener à bien sa révolution mondiale et le capital incapable de maintenir ses relations économiques et de domination, que s’ouvrirait la période de “ruine des deux classes” dont parle le communisme.

L’autodestruction de l’humanité constitue une conséquence possible, mais pas la seule ou inévitable. Examinons plusieurs hypothèses.

Évidemment, si l’humanité devait s’autodétruire, on pourrait alors parler d’annulation de la civilisation.

Si ce qui a été généré était une involution sociale et économique réactionnaire, maintenant en vie une partie de la population, historiquement nous assisterions au développement d’une modalité de civilisation pré-capitaliste, une variété involuée par rapport au capitalisme. Ni la bourgeoisie ne pourra se maintenir en tant que classe, ni le prolétariat non plus (les deux classes sont liées et ont besoin l’une de l’autre dans le capitalisme), manifestant ainsi la soi-disant ruine des deux classes mentionnée dans le “Manifeste du Parti Communiste” de 1848. Ruiner qui, dans ce cas, ne supposerait pas la disparition de l’humanité.

Et si l’humanité est redimensionnée à la baisse, se réduit et se concentre pour diverses raisons dans certaines parties de la planète avec un conditionnement de crise écologique profonde, elle n’a pas à en tirer la chute et la disparition du capitalisme”.

https://inter-rev.foroactivo.com/t8949-critica-comunista-al-marxismo-colapsista-i?highlight=critica+al+marxismo+colapsista

Aníbal & materia. 5-02-2020

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: